Make your own free website on Tripod.com


 
   

JOURNAL 
 
 

   
 
December 7th, 1998     7 décembre 1998 Cliquez ici pour lire cette page en français!
December 19th, 1998   19 décembre 1998 
December 20th, 1998    20 décembre 1998 

  Next -1999- La suite



Monday, December 7th, 1998

After 3 months of waiting, I managed to go and see Mr. Spielberg's movie : "Saving Private Ryan".

Well, I must say, I presently live in the only country in the world where Private Ryan is a comedy...

First of all, since it is a 3 hour movie, we went to the 8 PM show. Anyone will know that 8 plus 3 is 11. But you would find it hard to believe the number of kids under 8 who came to "enjoy" the movie, for their unconscious parents' great enchantment, since everyone could enjoy the interesting remarks of the bambini... "Oh, look a farang!" (the elegant term used to describe us and meaning approximatively : stupid fat old white pervert filled with US$ who comes to our country to "enjoy"). Of course, you cannot expect the 5 or so year old who was sitting behind me to understand that even though I am what they call a farang, so were all the people in the movie...

Anyhow, I find it difficult to explain or say which part of the movie our Thai viewers found most hilarious :

It could be the opening scene, with the blood flooding everyone, or the one where a wounded guy picks up his arm, or the overall view of the battlefield with dead people and dead fish lying all over Omaha Beach, or the one where Tom Hanks removes chewing gum from his man's mouth, or even the part where the "wrong" private Ryan cries his brothers' death....

Would it be the sequence where the little French girl got so scared she slaps her father for having sent her out in the open?

Could it be the part where they finally find "the" private Ryan, and Tom Hanks tells him his brothers are dead and the camera poses on each one of the rescue team members...

But I surely would elect the part where the medic gets hit and dies suffering with several wounds on his stomach, I'd say this was the part where you could not even hear the dialog because everyone was laughing and rolling on their seat with ...

What a strange place, there is no real explanation for this, we all know because we live here and we deal with the people every day, that they do not like us, that they laugh when someone gets killed in a car crash for example, there would be so much to do for the people of this country, there is so much they have to learn... There is so much of the world around them which they ignore, and they have so little care for each other.

"Saving Private Ryan" made my heart ache so badly I still feel the pain. My great grand-father died on a different battlefield, he is buried somewhere in Verdun, and these deaths are so unfair, so inevitable, so unbelievable....

When I think of war, I really think army, arms, troops, and I forget to think that an army is formed of individuals, people just like me, like you, people who had guts.... I am scared to have to prove one day that I am brave, I am scared not to be brave or to make the wrong choices.

Here is a song by Jean-Jacques Goldmann and Michael Jones, illustrating what I am saying.
 

BORN IN 1917 IN LEIDENSTADT
 

Chorus:

If I'd been born in 1917 in Leidenstadt

On the ruins of an old battle site

Would I have been a better or worse man

Had I been born a German?
 

Cradled in hate, ignorance and humiliation

Nourished by dreams of retaliation

Would I have had an offbeat conscience

A simple teardrop amidst raging torrents
 

If I'd grown up around the dockhands of Belfast

Amidst the hate, the guns and the blast

Could I have found the force to help betray a friend

Think my own way to the end

If I was born white and rich in Johannesburg

Where fear and power's the only word

Could I have heard the cry of change blow in the wind

Never be the same again
 

Well never really know what we hold inside

Behind all those fronts, we hide

The soul of a hero, a conspirator or a torturer

Either for the worse, or for the better

Would we be fighters or like sheep in a flock

If it meant more than just talk!

Chorus
 

And hopefully we may be spared from having to decide

For a long time what shall be our side


 
 

Lundi 7 décembre , 1998

Après trois longs mois d'attente, j'ai enfin pu voir le film de M. Spielberg : "Saving Private Ryan".

Et bien, je dois dire que je vis actuellement dans le seul pays au monde où le Private Ryan est un film comique ...

Tout d'abord, puisque c'est un film qui dure trois heures, nous sommes allés à la séance de 20 heures. Tout le monde sait bien que 20 + 3 cela fait 23 heures. Néanmoins, vous seriez surpris de constater le nombre d'enfants de moins de 8 ans qui était présents pour admirer ce chef-d'oeuvre, à la grande joie de leurs parents inconscients, puisque tout le monde pouvait apprécier les remarques intelligentes des bambins... "Oh, regarde, un farang!" (terme élégant qui nous désigne et qui signifie en substance: gros nase plein de dollars qui vient se payer du bon temps chez nous). Bien sûr, il ne faut pas trop s'attendre à ce que le gamin d'environ 6 ans assis derrière moi comprenne que, certes je suis une farang (comme il le criait dans mes oreilles pendant que ses parents ricanaient), mais tous les acteurs du film l'étaient également....

Quoi qu'il en soit, il m'est relativement difficile de décider à quelle partie du film attribuer la palme Thai de la séquence la plus hilarante :

Cela pourrait bien être la scène d'ouverture, avec le sang qui inondait tout et celle où un blessé récupère son bras arraché, ou encore la vue générale du champ de bataille d'Omaha Beach jonchée de cadavres humains et de poissons morts ou encore la scène où Tom Hanks retire le chewing gum de la bouche de l'un de ses hommes, ou même celle où le "premier" private Ryan pleure la mort de ses frères....

Il se pourrait aussi que j'élise cette petite fille française qui, terrorisée, gifle son père pour l'avoir exposée à la mort.

Et la scène où ils trouvent enfin le private Ryan, et Tom Hanks lui apprend la mort de ses frères et les quelques minutes où la caméra s'attarde sur les visages des "sauveteurs"...

Finalement, non, je crois que je vais attribuer cette palme à la scène où l'infirmier est blessé de plusieurs balles dans le ventre. Nous n'avons même pas entendu les dialogues entourant son agonie parce que les spectateurs étaient littéralement tordus sur leurs sièges et les éclats de rire nous ont empéchés d'entendre...

Quel endroit étrange, il n'y a pas vraiment d'explication à cela. Nous le savons parce que nous vivons ici et que nous devons cotoyer ces bizarreries tous les jours, nous savons qu'ils rient s'ils sont témoins d'un accident de la route mortel par exemple. Il y a tellement de choses qu'ils devraient savoir, il y a tant de choses à faire pour les habitants de ce pays, ils ignorent tout du monde autour d'eux et se préoccupent très peu les uns des autres.

"Saving Private Ryan" m'a fait tellement mal au coeur que je ressens encore cette douleur. Mon arrière grand-père est mort sur un autre champ de bataille, il est enterré quelque part à Verdun, et ces morts sont tellement injustes, inévitables et incroyables....

Quand je pense à la guerre, je ne pense en fait que armées, armes, troupes, et j'oublie de penser qu'une armée est formée d'individus, des gens tout comme moi, comme vous, des gens qui avaient du cran.... J'ai peur d'avoir un jour à prouver que je suis courageuse, j'ai peur de ne pas être courageuse, de faire les mauvais choix.

Voici les paroles d'une chanson de Jean-Jacques Goldmann et Mickael Jones, qui illustre ma pensée.
 


 

NE EN 1917 A LEIDENSTADT
 

Chorus:
 

Et si j'étais né en 1917 à Leidenstadt

Sur les rumes d 'un champ de bataille

Aurais-je été meilleur ou pire que ces gens

Si j'avais été allemand ?
 

Bercé d'humiliation, de haine et d 'ignorance

Nourri de rêves de revanche

Aurais-je été de ces improbables consciences

Larmes au milieu d 'un torrent
 

Si j'avais grandi dans les docklands de Belfast

Soldat d'une foi, d'une caste
 

Aurais-je eu la force envers et contre les miens

De trahir: tendre une main
 

Si j'étais née blanche et riche à Johannesburg

Entre le pouvoir et la peur

Aurais-je entendu ces cris portés par le vent

Rien ne sera comme avant
 

On saura jamais c'qu'on a vraiment dans nos ventres

Caché derrière nos apparences

L'âme d'un brave ou d'un complice ou d'un bourreau?

Ou le pire ou plus beau?

Serions-nous de ceux qui résistent ou bien les moutons d'un troupeau

S'il fallait plus que des mots?
 

Refrain
 

Et qu'on nous épargne à toi et moi si possible très longtemps

D'avoir à choisir un camp.




Saturday, December 19th, 1998

3d day of strike against Iraq, 6 days to go till Christmas...
Well I would have a message for everyone in this world.

This is the end of 1998, soon 1999. When I was a kid we used to write essays about year 2000, I was supposed to be 36 on Jan. 1st, 2000.
We wrote about space age cars and cities with a glass roof to protect us from the pollution, and travelling to the Moon for a holiday and so many things. Just like Jules Verne, we were writing yesterday about today's actualities. Of course the reality is not exactly as magic as we expected, all these new technics are today common stuff, but imagine that, we used to watch "Space 1999" and here we are, building a space-station!

No really, people of the world, this is the time to go and explore other worlds, an other universe and travel around our Solar system, here on our beautiful earth, WAR IS OVER!!
Do you really think Mother Nature is going to let you get away with it? When She strikes, you're gonna feel the blow so hard you might not even wake up!

Catch up with reality, we are in the space age, we, the people of the world, we don't have time nor money to waste : WAR IS OVER!!



Happy Xmas (War is Over)

Happy Christmas, Kyoko
Happy Christmas, Julian

So this is Christmas
And what have you done
Another year over
And a new one just begun
And so this is Christmas
I hope you have fun
The near and the dear ones
The old and the young

A very Merry Christmas
And a Happy New Year
Let's hope it's a good one
Without any fear

And so this is Christmas
War is Over
For weak and for strong
If you want it
The rich and the poor ones
War is Over
The world is so wrong
NOW
And so Happy Christmas
War is Over
For black and for white
If you want it
For yellow and red ones
War is Over
Let's stop all the fight
NOW


A very Merry Christmas
And a Happy New Year
Let's hope it's a good one
Without any fear

And so this is Christmas
War is Over
And what have we done
If you want it
Another year over
War is Over
And a new one just begun
NOW
And so Happy Christmas
War is Over
We hope you have fun
If you want it
The near and the dear ones
War is Over
The old and the young
NOW

A very Merry Christmas
And a Happy New Year
Let's hope it's a good one
Without any fear

War is Over
If you want it
War is Over
NOW

John Lennon-Yoko Ono

 


Samedi, 19 décembre 1998

3ème jour de l'attaque contre l'Iraq, 6 jours avant Noël...
Et bien, j'ai un petit message pour les habitants de la Terre.

Nous voici à la fin de 1998, ce sera bientôt 1999. Lorsque j'étais enfant, nous faisions des rédactions sur l'an 2000, et j'avais calculé que j'aurais 36 ans le 1er janvier 2000.

Nous écrivions qu'il y aurait des voitures à coussin d'air et que les villes seraient protégées de la pollution par des toîts de verre, et que nous pourrions nous rendre sur la Lune pour les vacances et tellement d'autres choses. Tout comme Jules Verne en son temps, nous écrivions hier sur ce qui fait l'actualité d'aujourd'hui. Il va de soi que la réalité n'a pas le côté féérique de ce que nous décrivions, toutes ces nouvelles techniques nous apparaissent par trop banales de nos jours, mais imaginez un peu, on regardait "Cosmos 1999" à la T.V et aujourd'hui, nous y voilà, nous construisons une station spatiale!

Non vraiment, habitants de la Terre, le moment est venu d'aller explorer les autres mondes, un autre univers et de visiter notre système solaire. Ici, sur notre belle Terre, LA GUERRE EST FINIE!!

Est-ce que vous croyez vraiment que Mère Nature va vous laisser faire impunément? Quand elle va se décider à frapper, le choc pourrait bien être tellement violent que vous ne vous relèverez plus!

Réveillez-vous, nous sommes à l'âge spatial, l'espace nous appelle, nous, les habitants de la Terre, nous n'avons pas de temps ou d'argent à gaspiller : LA GUERRE EST FINIE!!



Ils avaient tout compris! They had it all!




Sunday, December 20th, 1998

 

Today's events are very important: Iraq and its Tomahawk, Clinton and his judges...
So much of bombings on both grounds!

I carefully followed the development of both events, it is now Sunday morning and I have no idea on what happened with the censure vote, but according to what I can make out of it all, I believe Mr. Clinton is going to have to pay a high price his wrongdoing.
The only solution preventing the humiliation of a trial would be for him to to step down, which is what many people expect and maybe what he has been advised to do. A trial, with the display of all the details of his affairs with some ladies would darken Mr. Clinton's image, for sure -- but there again, who really minds at this point? -- but it surely would humiliate his wife and his Democrat party fellow members, who are, as we have seen, mostly very nice people.

Here we are, at the end of the day, after all the scams and ugly plots and the wide publishing of juicy details, which no one should be interested in, here comes the great powerful righteous People who vetoes and claims :" Enough! It's enough! He shouldn't have done this!"

If the people feel mislead, it is not so much because of the fact that Mr. Clinton was enjoying sex in the Oval Office, even though it is still in a way disturbing for many -- and surely for the guy who was on the other end of the phone line, I would suppose  -- but it is more so the fact that he should not have lied. Yes, he is the president, yes again, he has the power and he used it for sure. There is, we all know it, nothing new in this, and if we were to lock up all the guys who used theirs positions in the same way, well, there would be a lot more free seats in politics for women to occupy...

No, Mr. Clinton should not have lied, and so, it is obvious, the only possibility for him not to lie would have been to have nothing to hide.

QED: Had he not done wrong, he would have had nothing to confess, and therefore no reason to lie...

Nobody judges the reprehensible and disgusting behavior of a man who, just because he's got the power, feel allowed to satisfy his desires just because he is suffering of presidential stress and he is looking for a getaway in his immediate surroundings without even thinking about what will happen next and in doing so allows himself to dirty the values by which he has reached the position of a country leader (family, motherland, loyalty etc...).

No, nobody is judging this man. Since the beginning of time, we are used to constantly looking for reasons and excuses to explain the male libido domination and to its uncontrollability....

However, what we can judge is --and it is scary somehow-- the fact that anyone as long as he's got the power, thinks he can do whatever he wishes... Well, here is the --only-- proof of the contrary, the USA are going to trial their president, the most powerful man in the entire world because he did not measure to what he had promised, and because if he could lie to dissimulate his sexual desires and his erotic exploits, he could very well lie about anything else, may it be a very important issue.

History is once again unbelievable. It most certainly repeats itself, but one must admit, when History wants to innovate, it doesn't go unnoticed.
 
 Read another article about Clinton
 
 

Dimanche, 20 décembre 1998

Actualité on ne peut plus chargée pour ce week-end: L'Iraq et ses Tomahawks, Clinton et ses juges...
Que de bombardements!

J'ai suivi avec assiduité le développement des deux affaires, nous sommes dimanche et je ne sais pas ce qui s'est passé avec le vote de censure, mais mes prévisions sont que M. Clinton va certainement devoir payer ses forfaits au prix fort.
Une dernière solution pour éviter la totale humiliation d'un procès pour lui -- mais là passe encore! -- mais surtout pour sa femme et pour ses collègues démocrates, qui sont, au fond, de braves gens, serait une démission intempestive, presque attendue... certainement conseillée.

Voilà, au bout du compte, après toutes les magouilles serviles et l'exposition au grand jour de tous les détails juteux dont tout le monde devrait se moquer, voilà que le grand redresseur de tort: le peuple met son vêto et dit que : "Assez, c'est assez! Il ne fallait pas, il n'aurait pas dû!"

Ce n'est pas tant le fait que M. Clinton se soit fait faire des gâteries dans le bureau ovale, encore que ça chiffonne quand même pas mal de monde --surtout celui qui était à l'autre bout du fil, j'imagine-- mais il n'aurait pas dû mentir. Il est président, certes, il a le pouvoir, oui, et il s'en et servi, assurément. Il n'y a rien de nouveau à cela et si on devait mettre en prison tous ceux qui ont fait de même, il y aurait beaucoup plus de fauteuils libres chez les leaders pour la gente féminine...
Non, M. Clinton n'aurait pas dû mentir, et donc, par conséquent, la seule solution pour lui de ne pas mentir aurait été de ne rien avoir à cacher.
cqfd: s'il n'avait pas fauté, il n'aurait rien eu à confesser, et aucun besoin de mentir...

Personne ne juge la conduite répréhensible et dégoûtante d'un homme qui, parce qu'il a du pouvoir, se croit obligé d'assouvir tous ses désirs et d'entâcher les valeurs qui l'ont mis à la tête du pays (famille, patrie, loyauté etc...) sous le prétexte du stress présidentiel et qui cherche un échappatoire distrayant dans son entourage immédiat sans se soucier du lendemain.

Non, personne ne juge cet homme-là, depuis le début des temps, nous sommes habitués à chercher toujours et encore des explications et des excuses à la domination de la libido masculine et à son incontrôlabilité....

Ce que l'on peut juger, néanmoins, et ce qui fait peur, quelque part, c'est que n'importe qui, tant qu'il a du pouvoir, pense pouvoir faire n'importe quoi... Et bien, voici la --seule-- preuve que non, les USA vont juger leur président, l'homme le plus important du monde, parce qu'il n'a pas été à la hauteur de ce qu'il avait promis, parce que d'après le vieil adage : "qui vole un oeuf, vole un boeuf", s'il a pû mentir pour dissimuler ses appétits sexuels et ses ébats érotiques, il se pourrait bien qu'il mente sur des sujets hautement plus importants.

L'histoire n'en finit plus d'être épatante, certes elle se répète mais quand elle innove, elle ne passe pas inapperçue!
 
 
 
 
 

HOME    REACTIONS  


TravelNow Link Partner
Example - Pattaya Hotels







Nedstat Counter